Véhicule électrique branché

GUELPH, CANADA – Le gouvernement de l’Ontario a dévoilé la prochaine phase de sa stratégie pour le secteur de l’automobile visant à obtenir des contrats pour la production de véhicules hybrides et de véhicules électriques, à mettre sur pied un écosystème de batterie local et à faire de l’Ontario un centre d’innovation dans le secteur de l’automobile en Amérique du Nord.

Chez Linamar à Guelph, le premier ministre, Doug Ford, et le ministre du Développement économique, de la Création d’emplois et du Commerce, Vic Fedeli, ont présenté l’engagement de la province envers l’avenir du secteur automobile de l’Ontario ainsi que la deuxième phase du plan Piloter la prospérité : L’avenir du secteur de l’automobile de l’Ontario. S’inscrivant dans la continuité de la première phase du plan en 2019, cette seconde phase renforcera l’industrie automobile en Ontario et la position concurrentielle de la province afin d’attirer de nouveaux investissements. Les initiatives prévues dans le cadre de la deuxième phase font écho à la demande mondiale pour des véhicules électriques et soutiendront les fabricants de pièces locaux, les travailleurs et les entreprises innovantes de la province.

« Notre gouvernement a un plan pour exploiter le potentiel économique de l’Ontario, qui consiste notamment à mettre sur pied des chaînes d’approvisionnement à l’échelle locale pour la fabrication de véhicules électriques et de batteries, a déclaré le premier ministre Doug Ford. Ce plan indique clairement que l’Ontario est un partenaire de choix sur l’échiquier mondial pour produire d’excellents véhicules grâce à notre main-d’œuvre qualifiée et à notre énergie propre. Cette nouvelle phase du plan Piloter la prospérité envoie au monde entier le message clair que nous sommes ouverts aux affaires! »

La première phase du plan Piloter la prospérité était constituée de trois piliers d’action : créer un climat d’affaires concurrentiel, stimuler l’innovation, et développer et exploiter les talents. La deuxième phase s’appuie sur le succès des partenariats que le gouvernement a établi avec l’industrie dans le cadre de la première phase et positionne l’Ontario en tant que chef de file en Amérique du Nord dans la conception et la fabrication des véhicules de l’avenir en tirant profit de technologies émergentes et de processus manufacturiers de pointe.

La deuxième phase du plan Piloter la prospérité est arrimée avec l’objectif du gouvernement de maintenir et de soutenir la croissance du secteur automobile en Ontario en fabriquant au moins 400 000 véhicules électriques et véhicules hybrides d’ici 2030. La province collaborera avec le secteur de l’automobile pour réaliser les quatre objectifs suivants :

  • Repositionner la fabrication de voitures et de pièces en fonction de la voiture de l’avenir en imposant aux constructeurs automobiles de nouveaux mandats pour les véhicules hybrides et les véhicules électriques à batterie; attirer une nouvelle usine d’assemblage de batteries; et augmenter les exportations de technologies et de pièces automobiles conçues en Ontario.
  • Mettre sur pied et soutenir l’écosystème de la chaîne logistique des batteries électriques qui reliera la richesse minière du Nord de l’Ontario avec la force du secteur manufacturier du sud de la province.
  • Innover à toutes les étapes du développement de nouveaux produits et services, de leur création à leur conception et à leur adoption.
  • Investir dans les travailleurs de l’industrie automobile de l’Ontario en leur permettant d’acquérir les compétences dont ils ont besoin pour obtenir des emplois gratifiants et bien rémunérés dans le secteur de l’automobile et dans l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement.

L’industrie automobile avait réagi aux trois piliers de la première phase en accélérant sa transition vers les technologies automobiles de nouvelle génération. Récemment, des fabricants automobiles ont annoncé des investissements totalisant environ quatre milliards de dollars dans la transformation de leurs usines de montage en Ontario afin d’entamer un virage vers la production de véhicules électriques. Entre autres, le fabricant Ford investira 1,8 milliard de dollars dans la production de véhicules électriques à batterie et de cinq nouveaux modèles de véhicules électriques à son complexe d’assemblage d’Oakville. Stellantis prévoit investir 1,5 milliard de dollars pour moderniser son usine d’assemblage de Windsor afin d’y fabriquer de nouveaux véhicules électriques. L’entreprise GM, quant à elle, compte investir un milliard de dollars dans son usine à Ingersoll pour la production du véhicule électrique commercial BrightDrop EV, le tout premier véhicule de livraison entièrement électrifié à être produit par un grand fabricant automobile canadien.

En tirant profit des nombreux avantages de l’industrie automobile en Ontario — l’innovation, des usines primées, des installations de recherche et de développement de pointe, une main-d’œuvre qualifiée, une grappe technologique de premier plan en Amérique du Nord et l’accès à des ressources et à des minéraux essentiels — la province continuera de transformer et de faire croître le secteur de l’automobile. Cela créera de bons emplois pour les travailleurs et contribuera à soutenir les familles et les collectivités.

« La deuxième phase du plan Piloter la prospérité, jumelée à des programmes comme le Programme pour le développement régional, aura un impact réel sur l’économie des régions partout dans la province, a affirmé le ministre Fedeli. Elle permettra de soutenir notre main-d’œuvre qualifiée, d’exploiter les nombreuses forces de la province et de tirer profit de nos richesses minérales essentielles dans le Nord. Au cours des prochaines semaines, nous présenterons les initiatives précises qui constitueront la deuxième phase du plan Piloter la prospérité et préciserons comment celles-ci nous aideront à réaliser nos objectifs dans le cadre de cette nouvelle étape excitante pour le secteur de l’automobile en Ontario. »

En abaissant les impôts, en réduisant les coûts d’électricité et les formalités administratives, le gouvernement a réduit les coûts assumés par les entreprises pour mener leurs activités en Ontario de près de 7 milliards de dollars par année. Ces mesures jettent les assises pour que le secteur de l’automobile soit prospère, concurrentiel et prêt à répondre à l’évolution de la demande mondiale.

Faits en bref

  • Malgré la pandémie de COVID-19 et les enjeux au niveau de la chaîne d’approvisionnement à l’échelle mondiale, le secteur de l’assemblage de véhicules et de la production de pièces automobiles soutient directement près de 100 000 emplois en Ontario, ainsi que des centaines de milliers d’emplois connexes dans les collectivités de la province.
  • Les installations d’assemblage de véhicules de la province sont soutenues par une chaîne d’approvisionnement comprenant plus de 700 entreprises de pièces et plus de 500 fabricants d’outils, de matrices et de moules.
  • Les investissements de près de 6 milliards de dollars annoncés récemment dans les activités d’assemblage en Ontario comprennent 4 milliards de dollars pour la transformation de la production de véhicules électriques.
  • L’Ontario est le seul endroit en Amérique du Nord où cinq grands constructeurs automobiles produisent des véhicules — Ford, General Motors, Honda, Stellantis, Toyota — ainsi que le fabricant de camions Hino.
  • L’Ontario s’est engagé à investir 56,4 millions de dollars sur quatre ans dans le Réseau ontarien d’innovation pour les véhicules (ROIV) afin de soutenir l’innovation et la transformation du secteur de l’automobile.

Ressources supplementaires

Renseignements pour les médias

Neil Trotter, Unité du marketing à l’étranger
Ministère du Développement économique, de la Création d’emplois et du Commerce
neil.trotter@ontario.ca