Un instructeur en cybersécurité aide un garçon d'âge scolaire à utiliser une tablette en toute sécurité

Un monde sans Internet serait tout simplement inimaginable. L’Internet, qui relie des milliards d’utilisateurs dans le monde, est un pilier de l’infrastructure moderne.

Chaque jour, plus de 4,8 milliards de personnes dans le monde utilise Internet et, fait impressionnant, la personne moyenne passe 6 heures et 42 minutes en ligne par jour. Avec l’augmentation des services essentiels en ligne, comme l’accès à des soins de santé au moyen de portails de patients et la gestion financière depuis les appareils mobiles, le monde est maintenant axé sur le numérique. Malheureusement, ce phénomène répandu nous rend plus vulnérables que jamais aux cybermenaces.

Partout dans le monde, le domaine de la cybersécurité fait face à un défi sans précédent : celui de recruter et de former des professionnels pour répondre aux besoins grandissants des gens et des entreprises et ainsi résoudre les problèmes de menace constante.

En outre, le talent actuel manque de diversité, ce qui signifie qu’il y a une limite naturelle aux idées générées et aux solutions appliquées.

Le logo du Rogers Cybersecure Catalyst de l'Université Ryerson

Une entreprise de Brampton, en Ontario, contribue à résoudre ces problèmes. L’entreprise Rogers Cybersecure Catalyst (« Catalyst ») est le centre national de l’innovation et de la collaboration en cybersécurité de l’Université Ryerson. Catalyst a été conçue pour déployer le talent en technologie de l’Ontario en réunissant les universités, le secteur privé et le secteur public pour permettre aux entreprises canadiennes de s’attaquer aux problèmes de cybersécurité.

Ce n’est pas surprenant que Catalyst, la première entreprise du genre, ait été mise sur pied en Ontario, au Canada. Avec plus de 300 000 travailleurs hautement qualifiés en technologie dans la province et 55 000 travailleurs de plus qui obtiennent leur diplôme d’un programme en STIM chaque année, l’écosystème de cybersécurité en Ontario est parmi les plus solides au monde. Catalyst a été mise sur pied en 2018 avec le soutien du gouvernement du Canada, de Rogers Communications, de la Banque Royale du Canada et de la ville de Brampton afin de tirer parti du grand éventail de talents que l’on retrouve dans la province.

Avec ses programmes de certification et sa formation révolutionnaires, son accélérateur commercial unique pour les entreprises canadiennes en expansion en cybersécurité, son terrain de cyberentraînement unique en son genre, ses programmes de sensibilisation du public à grande échelle et sa plateforme d’élaboration de politiques d’influence, Catalyst stimule la concurrence mondiale du Canada en matière de cybersécurité.

« On retrouve un écosystème en technologie et en entrepreneuriat déjà bien établi à Brampton ainsi qu’une richesse de talents dans le corridor Toronto-Waterloo qui font de l’Ontario l’endroit idéal pour innover en cybersécurité, nous a indiqué Charles Finlay, directeur général de Catalyst. Nous savons qu’il n’y a pas suffisamment de travailleurs en cybersécurité; c’est pourquoi nos programmes sont conçus pour former des milliers de professionnels qualifiés dans le domaine. Nous savons également que la cybersécurité n’est pas suffisamment diversifiée; c’est pourquoi nous concevons nos programmes spécifiquement pour encourager la diversification des groupes, que ce soit des femmes, des personnes de couleur, de nouveaux arrivants au Canada ou des travailleurs déplacés. »

Les initiatives de Catalyst

Catalyst a lancé cinq initiatives de base. Chacune d’entre elles est unique, a un impact et est conçue pour répondre aux besoins avérés dans les secteurs public et privé au Canada. En voici trois que Charles Finlay et nous trouvons particulièrement intéressantes.

Un entrepreneur apprenant la cybersécurité en ligne
  1. Programme de formation accéléré en cybersécurité
    « Nous proposons un solide programme de formation d’une durée de sept mois aux apprenants qui ont un grand potentiel, et nous leur offrons des postes de premier échelon, a expliqué M. Finlay. Les participants n’ont pas besoin d’avoir déjà travaillé en technologie; ils doivent seulement démontrer une aptitude à apprendre et le désir de participer à la cybersécurité. Des chauffeurs Uber et des coiffeurs ont déjà participé au programme. Nous voulons tirer parti de la diversité de la société ontarienne pour nous assurer d’être des chefs de file mondiaux. »
  2. Programme Cyber Accelerator
    Cyber Accelerator est un programme d’une durée de quatre mois destiné aux entreprises en démarrage qui a pour but d’aider ces entreprises en cybersécurité à devenir des compétiteurs nationaux et internationaux. « Les entreprises qui participent au programme collaborent avec des experts aux frontières de la cybersécurité. Chaque entreprise en démarrage peut accéder à notre entrepreneur en résidence et à de grandes entreprises qui, en retour, collaborent avec les chefs de file mondiaux de demain », a indiqué M. Finlay. Chaque programme compte cinq entreprises qui ont assuré leur place au moyen d’une procédure de filtrage rigoureuse. À ce jour, dix entreprises ont terminé le programme avec succès et une troisième cohorte suit présentement le programme.
  3. Cyber Range
    Cyber Range est une plateforme d’essai et de formation unique en cybersécurité qui offre des occasions d’apprentissage par l’expérience à la fois immersives et très réalistes. « Le terrain de cyberentraînement permet aux apprenants et aux chercheurs de s’entraîner, d’effectuer des recherches approfondies et d’affiner de nouveaux produits et processus. » La plateforme Cyber Range comble les lacunes entre la théorie et la réalité en permettant la mise à l’essai et la validation des meilleures idées par une équipe diversifiée d’experts, dans un environnement de collaboration, avant qu’elles ne soient appliquées aux problèmes réels.

Du risque à l’occasion

Catalyst a été mise sur pied à partir de rien pour réunir les plus grands cerveaux des universités, du secteur public et du secteur privé et ainsi rendre l’écosystème numérique plus sécuritaire pour les 4,8 milliards d’utilisateurs quotidiens. Cependant, l’objectif de l’entreprise ne se limite pas au simple fait de rendre les systèmes actuels plus sécuritaires.

« À l’heure actuelle, la cybersécurité est perçue de manière négative : comment éviter que de mauvaises choses se produisent? La cybersécurité est l’un des principaux problèmes de notre époque, car en tant que membres d’une société, nous nous tournons tous vers le numérique, a souligné M. Finlay. Mais les occasions sont très nombreuses. Si nous investissons en tant qu’Ontariens, la cybersécurité peut aider à rendre l’économie de l’Ontario et du Canada plus sécuritaire, à protéger notre charte de droits et à créer des emplois hautement qualifiés et de grande valeur aujourd’hui et demain. » Avec le talent présent en Ontario et des entreprises comme Catalyst qui offrent un soutien aux chefs de file, aux débutants et aux collectivités, la province est dans une bonne position pour devenir un chef de file mondial dans un secteur d’importance mondiale.