Le PDG Amir Hoss et le directeur principal de la technologie, Mahdi Marsousi, en habit, prennent la parole au micro.
Le PDG d’EAIGLE, Amir Hoss, et le directeur principal de la technologie, Mahdi Marsousi, ont fait équipe en 2018 pour mettre au point ce qui allait devenir un système d’intelligence artificielle (IA) fondamental, qui a contribué à assurer la santé et à la sécurité au travail dans de multiples secteurs.

Une entreprise d’IA effectue un virage et participe à la gestion de la pandémie grâce aux talents, à la communauté technologique, à l’écosystème des entreprises en démarrage et aux soutiens gouvernementaux de l’Ontario

Logo d’EAIGLE, où les lettres [AI] sont entre crochets

La voie de la réussite pour EAIGLE (en anglais seulement), cette entreprise de solutions d’IA en expansion de Markham, a commencé à l’endroit peut-être le moins technologique qu’on puisse imaginer : les piscines publiques.

Conformément aux protocoles en santé et sécurité, l’eau des piscines municipales doit être changée en fonction du nombre de personnes qui s’y baignent chaque jour. Mais selon Amir Hoss, cofondateur et PDG d’EAIGLE, de nombreux litres d’eau sont gaspillés chaque jour, ce qui a un impact considérable sur notre environnement.

Fort de son expérience dans le domaine des villes intelligentes, M. Hoss a fait équipe avec Mahdi Marsousi, titulaire d’un doctorat de l’Université de Toronto et actuel cofondateur et directeur principal de la technologie d’EAIGLE, pour mettre au point un moyen de décompter le nombre de personnes fréquentant la piscine à l’aide d’un logiciel de traitement d’images fonctionnant avec l’IA très technique.

« La Ville a pu économiser de l’eau, du gaz et de l’électricité grâce à nous, ce qui contribue grandement à l’atteinte des objectifs en matière de réduction des émissions [de gaz à effet de serre]. De plus, nous avons fait en sorte que l’environnement demeure sécuritaire pour les résidents », a déclaré M. Hoss.

C’était en 2018, et EAIGLE a poursuivi son travail dans ce créneau en gagnant du terrain en Ontario et en Colombie-Britannique. L’entreprise a même obtenu un contrat à Shanghai, en Chine. Puis, en mars 2020, le monde s’est arrêté.

Le tournant de la pandémie

« Un soir, au téléphone, Amir et moi-même discutions de l’impact de la COVID-19 sur les piscines et les installations récréatives publiques. Nous savions que la demande pour notre solution pour les piscines allait diminuer temporairement, raconte M. Marsousi. Nous savions qu’il y aurait une forte demande pour la surveillance des personnes qui circulent à pied sur les lieux de travail. »

Certaines entreprises utilisaient déjà des pistolets thermométriques. On pointait ce pistolet sur le front de chaque client et de chaque employé pour déterminer si la température de la personne était supérieure à la normale et limiter la propagation du virus. Mais M. Hoss savait que cela était inefficace et coûteux, surtout pour les grandes entreprises qui comptaient des milliers d’employés.

En quelques jours, il a trouvé un moyen innovant pour surveiller automatiquement la température des employés au moment où ils franchissent la porte de leur lieu de travail : des capteurs visuels et audios ainsi que l’Internet des objets fonctionnant avec la technologie de l’IA.

« Nous avons conçu des modèles d’apprentissage approfondi et tout créé, du début à la fin », a déclaré M. Marsousi, en précisant qu’aucune partie du travail n’a été impartie. « Après deux ou trois mois, nous avons procédé au déploiement initial, qui a bien fonctionné, et nous avons commencé à ajouter simplement d’autres éléments. »

EAIGLE a développé une solution complète pour dépister le bien-être, afin de permettre aux employés de répondre aux sondages sur leur bien-être et de faciliter le dépistage thermique en personne ou en ligne, de même que de valider les passeports vaccinaux.

Le poste d’évaluation du bien-être dans le hall d’un immeuble de bureaux très fréquenté
Le poste d’évaluation du bien-être d’EAIGLE permet aux utilisateurs de répondre à un sondage sur la santé, en personne ou en ligne, et aux entreprises de valider les passeports vaccinaux.

« Les entreprises doivent faire confiance à la technologie de manière à repenser tout leur processus d’entrée sur les lieux de travail, a déclaré M. Hoss. C’était passionnant et stimulant, car ce que nous faisions avait vraiment une incidence sur les entreprises à grande échelle. »

La technologie d’EAIGLE ne recueille pas de renseignements personnels. Elle est conforme aux lois et règlements en matière de protection de la vie privée, et les employés ne sont jamais nommés ni suivis.

« Outre le fait que nous n’enregistrons aucune vidéo ou image et que tout le traitement se déroule dans les locaux du client, nous ne recueillons pas de renseignements personnels. Cet élément clé garantit notre conformité aux évaluations de la confidentialité et de la sécurité », a déclaré M. Hoss.

L’Ontario à l’avant-garde

Depuis qu’elle a pris ce virage opportun en raison de la pandémie il y a moins de deux ans, EAIGLE travaille avec des clients de premier plan un peu partout aux États-Unis et au Canada, notamment le plus grand détaillant à grande surface, une usine de transformation de la viande, une entreprise de production laitière et des installations de divertissement.

Dans l’ensemble, la technologie compte six millions d’utilisateurs mensuels actifs. De plus, EAIGLE a quadruplé son équipe située à Markham.

Sans les établissements de classe mondiale de l’Ontario comme l’Université de Toronto et l’Université de Waterloo, qui attirent les meilleurs talents du monde entier, M. Marsousi affirme que son entreprise n’aurait pas pu prendre de l’expansion comme elle l’a fait.

« L’Université de Toronto a été l’une des meilleures universités canadiennes à l’échelle mondiale pour y lancer des technologies et des théories, et les concrétiser dans la vie réelle », a déclaré M. Marsousi.

Six membres du personnel d’EAIGLE au siège de l’entreprise en Ontario, à côté d’un poste d’évaluation du bien-être; ils portent des masques et respectent la distanciation sociale.
Une partie de l’équipe de R et D d’EAIGLE célèbre le lancement du nouveau poste d’évaluation du bien-être de l’entreprise.

Pour M. Hoss, la communauté technologique de l’Ontario a été un facteur crucial, car non seulement s’est-elle montrée compétitive – tout le monde essaie d’attirer les meilleurs talents – mais elle a aussi été collaborative.

« L’Ontario connaît une croissance rapide, car au sein des entreprises en démarrage, on constate qu’elles se soutiennent mutuellement, a-t-il affirmé. Nous avons des conseillers – certains dirigent depuis 5 à 10 ans des entreprises qui commencent à prendre de l’expansion – qui nous aident sans rien attendre en retour. »

De plus, l’accès aux subventions – comme celles du Programme d’aide à la recherche industrielle du Conseil national de recherches et du Centre d’innovation de l’Ontario – est plus facile et plus efficace qu’ailleurs, selon M. Hoss.

« La province de l’Ontario offre aux entreprises en démarrage et aux entreprises en expansion, une variété de programmes de soutien qui sont beaucoup plus vastes, plus détaillés et plus évolués que bien d’autres programmes provinciaux. »

Alors qu’EAIGLE continue de croître et d’élaborer des solutions pour ses clients, ses fondateurs affirment qu’ils souhaitent ne jamais quitter l’Ontario.

« Je pense qu’à l’avenir, l’Ontario dépassera même la région de la baie de San Francisco », de conclure M. Marsousi.

Découvrez d’autres raisons pour lesquelles l’Ontario est l’endroit idéal pour l’expansion de votre entreprise de technologie de l’information.