L'équipe WinTOR avec Zeus. WinTOR attire les esprits les meilleurs et les plus brillants, y compris certains d'aUToronto

À écouter Steve Waslander parler de recherche et de mise au point de véhicules autonomes à l’Université de Toronto, il est impossible de ne pas s’enthousiasmer.

M. Waslander, professeur agrégé à la Faculté des sciences appliquées et du génie, est une sommité du domaine des véhicules aériens et terrestres autonomes. Il a pris le volant d’une initiative de recherche de cinq ans et de plus de 10 millions de dollars appelée WinTOR: Autonomous Driving in Adverse Conditions (WinTOR ou la conduite autonome dans des conditions défavorables) qui vise à enseigner aux voitures autonomes comment affronter toutes les conditions hivernales.

« Ce type de conditions exacerbent les défis qu’il reste à relever dans le domaine de la conduite autonome », affirme M. Waslander. « La visibilité réduite limite l’efficacité de la perception de la voiture alors que les surfaces routières glissantes représentent un défi de taille pour la maîtrise du véhicule. Mais ces problèmes n’ont pas reçu l’attention méritée de la part des concepteurs de véhicules autonomes. »

Zeus, un véhicule électrique de marque Chevrolet Bolt adapté, a été conçu et construit par une équipe d’étudiants
Zeus, un véhicule électrique de marque Chevrolet Bolt adapté, a été conçu et construit par une équipe d’étudiants de premier et de deuxième cycles de l’Université de Toronto. Pendant quatre années consécutives, l’équipe d’aUToronto s’est classée première au classement du concours AutoDrive Challenge de SAE et GM.

WinTOR est sur le point de changer la donne en réunissant plus d’une trentaine des plus brillants esprits du monde universitaire et de l’industrie afin qu’ils se penchent sur la possibilité, pour les véhicules autonomes, de toujours recevoir un avertissement en cas de conditions météorologiques hivernales changeantes; et d’y réagir rapidement, malgré les limites de portée des capteurs.

Les étudiants, à l’aide d’un véhicule électrique Chevrolet Bolt équipé d’un ensemble de capteurs permettant d’en faire un véhicule autonome, ont collecté et enregistré des données qui peuvent être utilisées pour «  enseigner » aux véhicules autonomes. Le banc d’essai sera les rues de Toronto qui, selon le professeur Waslander, sont idéales pour cette tâche.

« Toronto est une grande ville très occupée avec un climat comportant quatre saisons, dont au moins 15 jours par année de mauvais temps en hiver. La ville offre donc une expérience de conduite complexe combinée à un environnement souvent difficile. »

Toronto, Ontario : conduire un véhicule autonome de l’avenir

Comme le fait rapidement remarquer M. Waslander, lorsqu’il est question de recherche en matière de conduite autonome et de mise au point connexe, Toronto se trouve dans la voie rapide.

« Les domaines de l’intelligence artificielle, de l’apprentissage machine et de la robotique sont essentiels à la mise au point de la technologie de conduite autonome. Depuis plus de trente ans, l’Ontario, en particulier l’Université de Toronto, est reconnu pour son excellence dans tous ces domaines. »

Puisque le talent mondial se dirige généralement où les travaux les plus intéressants sont réalisés, le M. Waslander a été en mesure d’attirer les meilleurs et les plus brillants scientifiques afin qu’ils participent au projet WinTOR. Certains d’entre eux sont des produits du réseau ontarien d’universités de calibre mondial, dont l’Université de Toronto, alors que d’autres proviennent de l’étranger. Si le passé est garant de l’avenir, bon nombre d’entre eux s’établiront probablement à Toronto; ils y seront non seulement attirés par le travail, mais aussi par la ville en soi qui est « chaleureuse et accueillante », selon M. Waslander. Elle crée un cercle d’innovation qui se perpétue, ce qui augure bien pour l’avenir.

Le processus est lancé pour assurer à l’Ontario le titre de carrefour d’innovation dans le secteur des véhicules autonomes.

Alors que les entreprises du monde entier se livrent une course effrénée pour créer des véhicules entièrement autonomes, l’Ontario est prêt à mener la révolution dans ce secteur.

En plus d’offrir un bassin de talents quasi inégalé (l’Ontario se distingue comme étant le deuxième plus important pôle des TI en Amérique du Nord), la province offre également l’une des plus riches concentrations de ressources liées à l’automobile à l’échelle planétaire, en plus d’un important appui du gouvernement aux innovateurs. WinTOR est financé par le Fonds pour la recherche en Ontario et le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada, ainsi que par des dons directs et en nature des partenaires du projet : General Motors, LG Electronics, Applanix et Algolux.

Un talent exceptionnel, une richesse de ressources et une détermination gouvernementale se révèlent une combinaison gagnante qui est en voie d’attirer des acteurs de premier plan dans le domaine de la conduite autonome. Selon M. Waslander, General Motors en est un exemple. Le poids lourd mondial, qui a mené ses essais de véhicule autonome aux États-Unis, a récemment inauguré une nouvelle piste d’essai à Oshawa, en Ontario, laquelle est utilisée pour mettre au point des technologies de pointe pour les véhicules électriques et autonomes.

Quant à WinTOR, « Ce n’est que le début », affirme le professeur Waslander. « Nous avons des plans ambitieux et nous cherchons toujours à ajouter des facultés, des partenaires et du financement à notre projet. »

Grâce à l’Ontario, le Canada s’apprête à devenir le chef de file de la révolution dans le domaine des véhicules autonomes et à en apprendre davantage sur la façon dont votre entreprise peut se brancher à notre écosystème d’innovation.