Véhicule électrique branché

Les forces de la province en matière de technologie automobile sont amplifiées par l’avantage de l’énergie propre

Une plus grande adoption des véhicules électriques constitue l’une des meilleures occasions de réduire les émissions de gaz à effet de serre et de protéger notre environnement. À mesure que les constructeurs d’automobiles d’envergure mondiale font la transition vers les véhicules électriques, ils veulent savoir que les matières utilisées dans l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement sont aussi écologiques que les véhicules hautement technologiques fabriqués sur la chaîne de production.

Avec 94 % de l’électricité produite par l’Ontario à partir de sources non émettrices en 2020, la province offre l’un des systèmes énergétiques les plus propres parmi les territoires de compétence qui fabriquent des véhicules. De plus, avec les programmes d’atténuation des tarifs de la province, les taux d’électricité industriels de l’Ontario sont inférieurs ou conformes à ceux de nombreux concurrents des États-Unis, comme l’a signalé la U.S. Energy Information Administration (EIA).

L’énergie propre et rentable, de pair avec les forces globales de l’Ontario en matière de technologies automobiles, a permis de réaliser des investissements importants de près de 6 milliards de dollars dans l’près de 6 milliards de dollars dans l’industrie, dont plus de 4 milliards de dollars en investissements transformateurs touchant la production de véhicules électriques.

Ici, nous approfondissons le rôle de la diversité des sources d’énergie écologiques et rentables de l’Ontario pour faire de la province le meilleur endroit pour mettre au point et fabriquer la prochaine génération de véhicules à émission zéro et pour mettre sur pied une chaîne d’approvisionnement de batteries :

  1. Pionnière sans charbon – en 2014, l’Ontario est devenu le premier territoire de compétence nord-américain à éliminer l’alimentation au charbon, ouvrant la voie à un système d’électricité plus propre et plus écologique. Entre-temps, de nombreux concurrents de l’Ontario, y compris les États-Unis, l’Allemagne et le Japon, continuent de compter sur le charbon pour une part importante de leurs besoins en matière de production d’énergie.
  2. Prix concurrentiel – l’initiative ontarienne de modification des coûts des énergies renouvelables réduit les taux d’environ 15 % pour les grands consommateurs industriels et d’environ 16 % pour les petits consommateurs industriels et commerciaux. Cela permet à l’Ontario de se positionner de façon très concurrentielle parmi les territoires de compétence qui fabriquent des véhicules. Un consommateur industriel paierait en moyenne 7,9 cents le kWh, ce qui est beaucoup moins cher que les prix des concurrents, notamment dans de nombreux États américains, en Allemagne et au Japon.
    Territoire de compétence (déc. depuis le début de l’exercice 2020) Coût (cents canadiens par kWh) Énergie propre totale (%)
    Japon 21,8 33
    Allemagne 13,3 à 27,3 44
    Michigan 9,6 36
    Indiana 8,7 7
    Illinois 8,9 63
    Ohio 7,9 17
    Ontario 7,9 94
    Texas 8,4 28
    Kentucky 7,1 6
    Remarques : Les prix correspondent aux périodes suivantes : Ontario (2021), Allemagne (2e moitié de 2020), Japon (2019). Taux de change : 1 $ US = 1,25 $ CA. La part des ratios d’énergie propre reflète les données de 2020.
    Source : U.S. Energy information Administration, SIERE (cumulatif moyen en août), Eurostat, International Energy Agency.
  3. Plus d’énergies renouvelables – alors que 94 % de l’électricité de l’Ontario provient de sources propres, 36 % provenaient de l’hydroélectricité, du vent et de l’énergie solaire en 2020. C’est plus que tout autre territoire de compétence en matière de fabrication automobile en Amérique du Nord et cela fait du secteur des technologies propres de l’Ontario, le plus important au Canada.
  4. Fiabilité des systèmes – l’Ontario a établi la priorité d’un réseau électrique fiable comme fondement de la sécurité et de l’exploitation prévisible et efficace des entreprises et des services. Les organismes de réglementation et les exploitants du secteur de l’électricité de la province travaillent ensemble pour assurer une planification et des prévisions solides des systèmes de production d’énergie. La Société indépendante d’exploitation du réseau d’électricité (SIERE) exploite le marché et le réseau électrique pour s’assurer que l’offre répond à la demande d’électricité.

Force motrice derrière la production de véhicules électriques

Le passage à la production de véhicules électriques est déjà bien amorcé en Ontario, avec des investissements importants des constructeurs d’automobiles à l’échelle mondiale :

  • Ford investit 1,8 milliard de dollars pour produire cinq nouveaux modèles de véhicules électriques et des batteries de véhicules électriques.
  • Stellantis investit 1,5 milliard de dollars pour mettre à niveau son usine d’assemblage et construire des véhicules électriques.
  • GM investit 1 milliard de dollars pour la production de la fourgonnette de livraison entièrement électrique BrightDrop, la première produite par un constructeur d’automobiles d’envergure mondiale au Canada.

L’Ontario collabore à l’échelle de l’écosystème des véhicules électriques afin d’obtenir d’autres mandats de production et de mettre au point une chaîne d’approvisionnement complète en batteries. En plus de ses avantages énergétiques propres, la province offre une combinaison unique de compétences qui soutiennent l’innovation en matière de véhicules électriques :

Convergence technologique – l’Ontario se classe à la deuxième place du classement des fabricants automobiles en Amérique du Nord, le deuxième groupement de TI le plus important du continent et le groupement de technologies propres le plus important au pays.

Minéraux essentiels – la province dispose d’une abondance de minéraux essentiels aux batteries des véhicules électriques ainsi que pour les systèmes d’entreposage d’énergie. Le nickel, le cobalt, le lithium et le graphite en sont des exemples.

Chaîne d’approvisionnement complète – l’Ontario est la seule région en Amérique du Nord comportant cinq principaux assembleurs de véhicules automobiles – Ford, General Motors, Honda, Stellantis et Toyota – ainsi que le fabricant de camions Hino. Ces opérations d’assemblage sont soutenues par plus de 700 fournisseurs de pièces et plus de 500 fabricants d’outils, de matrices et de moules.

Main-d’œuvre qualifiée pour un travail de qualité – chaque année, nos universités et collèges fournissent près de 55 000 diplômés en STIM, plaçant la province parmi les cinq meilleurs producteurs en STIM en Amérique du Nord. La main-d’œuvre qualifiée de la province a été essentielle pour les usines d’assemblage de véhicules de l’Ontario, remportant environ le tiers (34) des récompenses de J.D. Power pour la qualité initiale de l’assemblage en Amérique du Nord au cours de la dernière décennie.

Accès au marché – le nouvel Accord Canada-États-Unis-Mexique (ACEUM) préserve et améliore le groupement intégré de fabrication automobile que le Canada et les États-Unis ont mis au point en vertu de l’ALENA.

Soutien du gouvernement – un nouveau Fonds d’investissement de l’Ontario consacre 400 millions de dollars à des projets d’ancrage dans des secteurs comme la fabrication de pointe et la technologie. Le Réseau ontarien d’innovation pour les véhicules (ROIV) relie les secteurs de l’automobile et de la technologie de pointe de la province, les établissements d’enseignement postsecondaire de qualité supérieure, les talents de première classe et l’infrastructure régionale. Le réseau favorise la prochaine génération de technologies de véhicules électriques, connectés et autonomes, et de technologies de mobilité.