Workers charging the batteries of the electric motor and disassembling the battery of an electric vehicle engine.

Le milieu des affaires, le bassin de talent et lpprovisionnement en énergie propre de la province donnent lieu à un climat d’investissement des plus attrayants pour les fabricants de véhicules électriques et les exploitants de chaînes d’approvisionnement.

L’industrie automobile de l’Ontario est sur le point d’atteindre une période de prospérité. Puisque la part de marché mondiale des véhicules électriques (VE) devrait augmenter grâce à une hausse de 1 200 % des ventes au cours des 10 prochaines années, passant de 2,5 millions de véhicules aujourd’hui à 31,1 millions en 2030, l’écosystème automobile de classe mondiale de l’Ontario positionne la province comme une base idéale pour la production.

De la main-d’œuvre à l’environnement commercial, l’Ontario donne amplement l’occasion d’offrir l’excellence automobile de façon rentable. Voici pourquoi :

  1. L’impôt sur le revenu des sociétés est faible

    Grâce à une proposition de réduction de 50 % de l’impôt général sur le revenu des sociétés, soit de 15 % à 7,5 %, pour toutes les activités de fabrication de technologie à zéro émission, le budget fédéral de 2021 a envoyé un message clair aux industries durables : vous êtes bienvenus au Canada. L’impôt sur le revenu des sociétés combiné du fédéral et du provincial des fabricants établis en Ontario s’élève donc à seulement 17,5 %, ce qui en fait l’un des taux les plus bas en Amérique du Nord. Le plan, qui restera en place jusqu’en 2031 s’il est approuvé, incite les fabricants de VE et de la chaîne d’approvisionnement de VE à tirer le maximum du taux fixe de 10 ans.

  2. Les coûts d’électricité sont faibles

    Comme l’on peut s’y attendre, la fabrication, la mise à l’essai et le fonctionnement des VE, des batteries et des composants des batteries nécessitent beaucoup d’électricité. Les fabricants de VE et de batteries ont souligné l’importance de créer une chaîne de valeur durable grâce à une énergie propre. Afin de créer un environnement commercial accueillant pour les fabricants de VE, les fabricants de batteries et d’autres producteurs à forte consommation d’énergie, l’Ontario s’est engagé à réduire le coût de l’électricité à 7,5 cents par kilowattheure. Pour de nombreux consommateurs industriels, il s’agit d’économies allant jusqu’à 15 %, une réduction possible parce que, en 2020, 94 % de l’électricité de l’Ontario provenait de sources propres. C’est le pourcentage le plus élevé parmi toutes les régions de production d’automobiles en Amérique du Nord.

  3. Un soutien financier important des gouvernements provincial et fédéral

    En plus de réduire les coûts de fonctionnement associés aux impôts et à l’énergie, les gouvernements fédéral et provincial ont souligné l’importance de la fabrication de VE pour l’avenir de l’Ontario grâce à des investissements financiers importants. Par exemple, l’Ontario et le gouvernement fédéral ont consacré 590 millions de dollars de financement à Ford pour son investissement de 1,8 milliard de dollars dans la transformation du complexe d’Oakville aux fins de production de VE.

    En plus de financer directement les grandes entreprises, l’Ontario a créé le Fonds pour Investissements Ontario afin d’encourager les investissements dans les domaines de la fabrication de pointe, des technologies et des sciences de la vie. Le Canada a aussi créé le Fonds stratégique pour l’innovation, qui comprend un engagement de 8 milliards de dollars envers des projets d’énergie propre.

  4. Un accès à une abondance de main-d’œuvre abordable hautement qualifiée

    Chaque année, l’Ontario forme 55 000 nouveaux diplômés en STIM. La province est ainsi un terrain fertile pour les employeurs automobiles à la recherche de la prochaine génération de dirigeants en STIM. Cette main-d’œuvre abondante revient également à un coût moindre en Ontario que ses autres homologues nord-américains. Il y a d’importantes économies à réaliser :

    • Les salaires dans le secteur de la fabrication sont inférieurs à ceux des États américains producteurs d’automobiles de 15 à 30 %;
    • L’Ontario a des mandats de travail moyens plus longs (10,1 ans par rapport à la moyenne des É.-U. de 5,1), ce qui réduit le coût de l’embauche, de la formation et de l’intégration;
    • Les frais de soins de santé des employeurs représentent le tiers de la moyenne des É.-U. en raison du modèle financé par le gouvernement de l’Ontario.

    Ces économies proviennent de la meilleure main-d’oeuvre de l’industrie. Le savoir-faire et la qualité de la main-d’œuvre qualifiée de l’Ontario ont été essentiels pour les monteurs automobiles de la province, qui ont remporté environ le tiers des récompenses au titre de l’étude sur la qualité initiale de J.D. Power en Amérique du Nord. Le Volet des talents mondiaux offre aux employeurs de l’Ontario la possibilité de faire rapidement le suivi des demandes de permis de travail pour le recrutement des meilleurs talents internationaux dans un délai de 10 jours.

  5. Une R-D économique de classe mondiale

    L’infrastructure de R-D de l’Ontario est un amalgame de réseaux de collaboration qui réunissent des organismes de recherche du secteur public et privé, des organismes de recherche financés par le régime public, des laboratoires universitaires et des installations de prototypage. Pour soutenir les organismes et les particuliers, les gouvernements fédéral et provincial ont créé le Programme d’encouragements fiscaux de la recherche scientifique et du développement expérimental, qui offre des crédits d’impôt combinés pouvant réduire les coûts jusqu’à 50 %. Chaque année, le programme offre des encouragements fiscaux de 3 milliards de dollars à plus de 20 000 demandeurs. Grâce à une vaste portée d’innovation dans la chaîne de valeur de la conception de VE, l’infrastructure de R-D de l’Ontario offre aux organismes un environnement accueillant pour effectuer des essais, expérimenter et prendre des risques sans augmenter les coûts.

Rentabilité des VE : de l’idée à la réalisation

L’augmentation prévue de 1 200 % des ventes de VE au cours de la prochaine décennie signifie que les entreprises doivent trouver des moyens d’innover, d’économiser et d’assurer leur efficacité. Le paysage de la main-d’œuvre, le soutien du gouvernement, l’infrastructure de R-D et les faibles coûts confèrent à l’Ontario un avantage par rapport à sa concurrence nord-américaine.