Raquel Urtasun, Ph. D.
La professeure Raquel Urtasun, fondatrice et chef de la direction de Waabi, à Toronto, a recueilli 100 millions de dollars lors du premier tour de financement.

Toronto, en Ontario, a fourni l’environnement parfait pour l’innovation en IA

En juin 2021, pendant la pandémie de COVID-19, Raquel Urtasun, professeure d’informatique de l’Université de Toronto, a annoncé le lancement de l’entreprise de technologie de conduite autonome Waabi (en anglais seulement). Les nouvelles ont attiré l’attention de l’industrie internationale de l’automobile.

En effet, Mme Urtasun est une spécialiste mondialement reconnue dans le domaine du développement de véhicules autonomes. Son talent et ses antécédents ont attiré une liste impressionnante d’investisseurs, à commencer par Khosla Ventures, de Silicon Valley, lesquels se sont tous réjouis de la nouvelle approche de la jeune entreprise qui mise sur l’IA, avec pour objectif d’accélérer la commercialisation des véhicules autonomes.

« Le moment est parfait pour Waabi, affirme Mme Urtasun. L’industrie s’est beaucoup consolidée, mais ce n’est pas nécessairement une bonne chose. L’un des inconvénients est qu’on observe des approches de moins en moins diversifiées. Lorsqu’on essaie de résoudre un problème aussi difficile que la conduite autonome, on doit vraiment miser sur plusieurs approches. »

Une attirance pour la diversité et sa force

Mme Urtasun croit en la puissance de la diversité. En fait, la diversité est une raison principale pour laquelle elle a l’intention de demeurer à Toronto. Cette native de l’Espagne est partie de Chicago, où elle était professeure adjointe au Toyota Technological Institute, pour faire son entrée à l’Université de Toronto en 2014. Elle a tout de suite aimé Toronto.

« C’est une ville multiculturelle qui offre beaucoup de possibilités », s’enthousiasme Mme Urtasun, qui est ensuite devenue scientifique en chef chez Uber ATG. Elle y a réuni une équipe diversifiée d’ingénieurs et de chercheurs de premier ordre, un mélange de talents nationaux et étrangers, qui aimait aussi travailler et vivre dans cette ville. En décembre 2020, Uber a annoncé la vente de sa division de conduite autonome à Aurora. Six mois plus tard, Mme Urtasun créait Waabi.

« Il ne faisait aucun doute que Waabi serait située à Toronto, affirme-t-elle. C’est là que mon équipe et moi voulons être. »

L’Hôtel de ville de Toronto et le Nathan Phillips Square avec le grand panneau illuminé de Toronto.
Avec plus de 200 groupes ethniques et 140 langues parlées, Toronto est souvent reconnue comme la ville la plus multiculturelle au monde. Mention de source : © Ville de Toronto

La nécessité d’une expertise en IA pour l’entreprise

Au-delà de la diversité de Toronto, c’est aussi la profonde expertise en intelligence artificielle de l’Université de Toronto qui a attiré Mme Urtasun. Geoffrey Hinton et son équipe de chercheurs à l’Université ont mené ce domaine.

Comme le mentionne Geoffrey Hinton, investisseur dans Waabi, « [l’Université de Toronto a] généré des chercheurs de renommée mondiale, qui forment aujourd’hui la prochaine génération, avec un soutien financier important des gouvernements et de l’industrie du Canada et de l’Ontario. »

Le gouvernement de l’Ontario s’est engagé à conserver sa position de chef de file dans le domaine de l’IA, y compris des véhicules autonomes. En mars 2017, il a annoncé un investissement de 50 millions de dollars dans l’Institut Vecteur pour l’intelligence artificielle de Toronto. Fondé conjointement par Raquel Urtasun et généreusement soutenu par des entreprises internationales présentes dans un large éventail de secteurs au pays, l’Institut Vecteur s’appuie sur un bassin exceptionnel de talents ontariens en IA mondialement reconnus grâce à la formation, l’attrait et la rétention d’un plus grand nombre de chercheurs de haut niveau. Il leur donne aussi l’occasion de travailler sur des applications commerciales avec des entreprises ou dans leur propre entreprise.

Mme Urtasun s’est maintenant entourée d’un incroyable groupe de conseillers et de mentors alors qu’elle vole au sommet de l’IA avec Waabi. Elle reconnaît l’importance de donner aux gens les moyens d’exceller. « Si Waabi a du succès – et c’est ce que nous visons –, ce sera grâce à tout le monde. C’est un travail d’équipe! »