Vue panoramique sur l’usine de pièces de Martinrea
Le logo Martinrea inc.

Martinrea International, fabricant de pièces automobiles, conçoit, met au point et fabrique des structures légères et des systèmes de propulsion très sophistiqués à valeur ajoutée. Ses clients sont ceux qui font partie de l’industrie automobile mondiale, dont Toyota, Daimler, Ford, General Motors, Stellantis, BMW, Volvo, Volkswagen, Mazda, Nissan, Kia, Tesla… et la liste continue.

Créée en 2001, Martinrea, aujourd’hui basée à Vaughan, est une entreprise de 4 milliards de dollars par an, qui connaît une croissance rapide. Ainsi, lorsque le cofondateur et président Rob Wildeboer parle, l’industrie a tendance à prendre des notes.

L’Ontario est l’endroit idéal

Rob Wildeboer pose devant les fenêtres de son bureau
Au cours des 20 dernières années, Rob Wildeboer et son équipe ont transformé Martinrea et en ont fait l’un des plus grands fournisseurs de pièces au monde, qui a la réputation de fournir des produits et des services de qualité exceptionnelle.

« Nous avons commencé en Ontario et, bien que nous ayons des activités dans 9 autres pays, notre siège social est toujours ici », explique M. Wildeboer. « Notre croissance continue dépend de notre capacité à innover et à réagir avec souplesse dans une industrie de pointe en matière technologique, qui se dirige rapidement vers la production de véhicules électriques. L’Ontario est l’endroit idéal pour nous et pour d’autres fabricants de pièces innovateurs. »

M. Wildeboer se montre clair quant aux raisons. Pour commencer, l’Ontario offre une main-d’œuvre exceptionnelle. Bien formée, travaillante et multiculturelle, elle a bâti la réputation de la province en matière d’excellence automobile tant sur le plan scientifique que de la fabrication. Avec plus de 500 fabricants d’outils, de matrices et de moules, l’Ontario possède une chaîne d’approvisionnement sûre, sophistiquée et éthique, ainsi qu’une énergie verte abondante. C’est aussi la seule région de l’hémisphère occidental à disposer d’un approvisionnement régulier en minéraux essentiels nécessaires à la production de batteries de VE, dont le cobalt, le nickel, le graphite et le lithium.

L’Ontario offre également un accès facile au marché nord-américain de l’automobile (le plus important au monde) et dispose d’une économie vigoureuse et d’un gouvernement stable.

« C’est un endroit formidable pour vivre et travailler », ajoute M. Wildeboer.

Avec une industrie qui existe depuis plus d’un siècle, l’Ontario est le deuxième plus grand territoire de production de véhicules en Amérique du Nord (après son voisin, le Michigan), dont cinq fabricants d’équipement d’origine mondiaux et plus de 700 fabricants de pièces. De plus, puisque les véhicules sont conçus et fabriqués par les gens, la province maintient le bassin de talents grâce à 12 universités et 24 collèges de premier plan qui offrent des programmes axés sur l’automobile.

« Le gouvernement de l’Ontario comprend l’industrie automobile et la direction qu’elle prend », explique M. Wildeboer.

Investissements importants dans les VE en Ontario

La conclusion? Le gouvernement de l’Ontario a mis en place des mesures de soutien pour assurer la réussite de l’industrie aujourd’hui et à l’avenir. Les constructeurs automobiles en prennent bonne note et font des investissements importants. Stellantis commencera la production de VE rechargeables et de batteries à son usine rééquipée de Windsor, en 2024. GM produira son véhicule BrightDrop EV600 à son usine d’Ingersoll, en Ontario. Ford commencera bientôt la production de cinq nouveaux modèles de véhicules électriques à son usine d’Oakville.

Deux employés de Martinrea travaillent dans un environnement de fabrication stérile
Au plus fort de la première vague de COVID-19 en 2020, lorsque les chaînes d’approvisionnement automobile ont été fortement interrompues, Martinrea a démontré sa capacité à être souple et axée sur la collectivité. L’entreprise a changé la production dans l’une de ses usines pour fabriquer 10 millions de masques pour les employés, les hôpitaux, les banques et le gouvernement.

Une industrie automobile nord-américaine intégrée

Pourtant, comme le souligne M. Wildeboer, l’industrie de l’Ontario est fortement intégrée aux États-Unis (et vice versa) et c’est cette intégration qui permet à l’industrie automobile nord-américaine et à tous ses intervenants de faire concurrence à l’échelle mondiale.

Par exemple, les pièces et les composants traversent la frontière jusqu’à huit fois avant d’être installés dans une usine d’assemblage dans l’un ou l’autre pays, la plupart des véhicules étant 50 % « canadiens », 50 % « américains ».

Martinrea reflète cette réalité. Chaque usine est son propre « centre d’excellence » qui contribue aux activités de l’entreprise des deux côtés de la frontière.

« Nous réussissons quand ils réussissent tous », affirme M. Wildeboer.

Que réserve l’avenir pour Martinrea? « Nous allons continuer à faire croître l’entreprise en proposant des solutions techniques de pointe qui répondent aux besoins changeants de nos clients. »