Burlington Bay James N. Allan Skyway le long de l'autoroute QEW en Ontario

Les villes de l’Ontario, reconnues comme des lieux d’investissement de premier ordre en Amérique du Nord, ouvrent la voie de l’avenir

La sixième édition du rapport bisannuel fDi 2021-2022 Americas Cities of the Future (en anglais seulement) a été publié, et les villes de l’Ontario ont une fois de plus obtenu des classements élevés, reflétant la stature croissante de la province en tant que centre international d’investissement, de commerce, d’échanges, de développement et d’innovation.

Pour créer le rapport 2021-2022, fDi Intelligence, une division du Financial Times, a classé 421 lieux à l’échelle des Amériques en cinq catégories : potentiel économique, convivialité pour les entreprises, capital humain et mode de vie, et connectivité dans les grandes, moyennes et petites villes.

Les villes de l’Ontario figurent en bonne place sur la liste, grâce à une économie variée, à une main-d’œuvre qualifiée, à une qualité de vie inégalée et à un faible taux d’imposition des sociétés.

Avec un gouvernement qui les soutient et des établissements d’enseignement postsecondaire de premier plan, les villes de l’Ontario peuvent facilement relever les défis que présente le monde en constante évolution des affaires internationales – aujourd’hui, demain et bien au-delà.

Les classements, par catégorie :

Global

Toronto, Mississauga, Hamilton, Brampton et Waterloo

Baie Humber à Mississauga, Ontario

En tant que centre financier et d’affaires de l’Ontario et du pays, Toronto a toujours eu une forte présence sur la liste des villes de l’avenir et il en va de même cette année. La ville a dominé la catégorie des grandes villes, devançant des villes comme San Francisco, Chicago, Boston et Houston pour la deuxième place au classement général.

Les villes de taille moyenne de l’Ontario étaient également bien représentées. Mississauga a ainsi de nouveau obtenu la première place dans la catégorie générale grâce à son engagement à développer les secteurs des technologies propres, de la fabrication avancée, des sciences de la vie, de la finance et des technologies de l’information.

Mississauga a été suivie de près par Hamilton en deuxième place. Abritant l’une des principales institutions de recherche et de sciences de la vie, un parc de recherche ultramoderne et la neuvième économie régionale du Canada, Hamilton est une ville résolument tournée vers l’avenir.

Brampton s’est classée à une respectable sixième place. Grâce à sa population diverse, à son réseau de transport en commun en pleine expansion et à l’accent mis sur la création d’atouts pour attirer les investissements mondiaux, la neuvième plus grande ville du Canada est un lieu attrayant pour les affaires.

Parmi les petites villes, Waterloo s’est classée au cinquième rang, en grande partie grâce à son statut de pôle technologique et de siège de l’Université de Waterloo, de renommée mondiale, et à sa proximité avec d’autres grands pôles économiques de l’Ontario, tels que Toronto et London.

Potentiel économique

Toronto et Mississauga

Toronto_Blurred personnes traversant une rue animée du centre-ville

Si la situation économique actuelle d’une ville est un facteur important à prendre en compte, son potentiel économique l’est tout autant. Les possibilités de croissance et de développement économiques sont indispensables pour créer ou pour développer une entreprise, et les sociétés qui se tournent vers l’avenir sont parfaitement placées pour déterminer les ressources inexploitées qu’une ville peut offrir.

Cette catégorie est évaluée en fonction du PIB, des prévisions de croissance, de l’inflation, du chômage et des chiffres en matière d’investissements directs étrangers (IDE).

Toronto est arrivée en deuxième position dans la catégorie du potentiel économique, avec de nombreux secteurs bien établis dans la ville et de nombreuses possibilités pour les entreprises qui cherchent à se développer. Récemment désignée comme la ville nord-américaine à la croissance la plus rapide par le Centre for Urban Research and Land Development (Centre pour la recherche urbaine et l’aménagement du territoire) de l’Université Ryerson, Toronto dispose d’une grande marge de manœuvre pour se développer.

Mississauga s’est classée au deuxième rang pour ce qui est du potentiel économique dans sa catégorie de taille. De la technologie à l’industrie manufacturière, en passant par la recherche et le développement, la ville offre des ressources telles que les meilleurs talents et une infrastructure en constante expansion, ce qui lui garantit un potentiel économique illimité.

Convivialité pour les entreprises

Toronto et Waterloo

Centre d’innovation en gouvernance internationale de Waterloo

Des taux d’imposition faibles, un soutien important au démarrage et un gouvernement transparent qui collabore avec les entreprises pour réduire les formalités administratives sont des éléments qui éliminent les obstacles à la croissance des entreprises.

Toronto s’est classée au deuxième rang en matière de convivialité pour les entreprises, ce qui témoigne des nombreuses ressources et possibilités offertes par la ville aux entreprises nouvelles et établies. Toronto et la région environnante du Grand Toronto génèrent plus de 310 milliards de dollars chaque année, ce qui représente environ 19 % du PIB du Canada. Plus du tiers des 800 plus grandes entreprises du pays ont choisi d’établir leur siège social en Ontario, et les deux tiers de ces entreprises se trouvent à Toronto – y compris les plus grandes institutions financières du Canada.

Parmi les petites villes classées, Waterloo arrive en quatrième position. Son terrain fertile pour cultiver les entreprises et les talents des secteurs des sciences, technologies, ingénierie et mathématiques (STIM), son faible taux de chômage et la présence de grands employeurs ont valu à la ville de figurer sur la liste.

Capital humain et mode de vie

Toronto et Waterloo

Vue sur les toits de Toronto depuis le lac avec des arbres d'automne saisonniers

Plus que tout, une entreprise est la somme des personnes qui contribuent à son succès.

La catégorie « capital humain et mode de vie » est évaluée au moyen d’indicateurs tels que l’accès aux universités, les compétences des diplômés, la facilité à trouver des employés qualifiés, l’indice de progrès social et l’indice de capital humain.

Toronto a remporté la septième place dans la catégorie des grandes villes, grâce à un choix d’établissements d’enseignement de premier ordre, à une diversité culturelle inégalée, à une qualité de vie élevée et à des centres médicaux de renommée mondiale. L’amour de la population de Toronto pour le bien vivre en fait également une ville idéale pour attirer et pour retenir les meilleurs talents.

Waterloo a remporté la première place dans la catégorie capital humain et mode de vie des petites villes, ce qui n’a rien se surprenant. Waterloo est devenue un puissant centre technologique, prouvant qu’une petite ville peut générer de grandes affaires. Grâce à l’Université de Waterloo, le bassin de talents riches en connaissances est constamment renouvelé. Les diplômés de l’Université sont également les deuxièmes plus fréquemment embauchés par des employeurs de la Silicon Valley.

Connectivité

Toronto, Hamilton, Mississauga, London, Vaughan et Markham

Groupe de professionnels discutant d'une réunion

Si la connectivité a toujours été un moteur pour les entreprises, elle est devenue un impératif commercial dans notre monde de plus en plus numérisé, jouant un rôle important dans la croissance et la diffusion des occasions commerciales.

La connectivité a été évaluée au moyen d’indicateurs qui couvrent à la fois les technologies de l’information et des communications, et les infrastructures de transport.

Les villes de l’Ontario ont dominé la catégorie de la connectivité.

La sixième place de Toronto dans la catégorie « connectivité » n’est pas une surprise. La connectivité de la ville est inégalée, avec le plus grand aéroport international du Canada, un système ferroviaire complet, un réseau massif d’autoroutes et des infrastructures numériques de premier ordre.

Hamilton s’est classée première parmi les villes de taille moyenne, Mississauga se classant deuxième. Hamilton se distingue dans la catégorie de la connectivité en tant que plaque tournante pour l’industrie du transport de marchandises. Son emplacement privilégié permet d’accéder à un aéroport international et au port de Hamilton, et il offre un accès facile à des lignes ferroviaires nationales, à des trains de banlieue et à des autoroutes. London s’est classée au septième rang.

Vaughan s’est classée au huitième rang dans la catégorie des petites villes, tandis que Markham, également connue comme la capitale canadienne de la haute technologie, s’est classée neuvième.

Investir en Ontario

Avec une reconnaissance dans l’accélération des talents technologiques en Amérique du Nord, le leadership en matière d’installations commerciales, la confiance pour les IDE internationaux et plus encore, il existe de nombreuses raisons pour lesquelles vous devriez investir en Ontario.