Blue electric vehicle hooked up to battery charger

L’Ontario au Canada, un partenaire commercial stratégique de la Corée du Sud en matière de véhicules électriques alors que sévit la concurrence entre les États-Unis et la Chine

Jason Insu Park, portrait
Par Jason Insu Park, responsable des affaires économiques, Séoul

La relation commerciale entre le Canada et la Corée n’a jamais été aussi florissante. En tant que Canadien travaillant pour le Bureau du commerce et des investissement de l’Ontario (BCI) à Séoul, je suis très enthousiaste à l’égard de tous les investissements coréens récents en Ontario, de l’intérêt pour notre secteur des véhicules électriques, ainsi que la récente visite du président coréen au Canada qui a porté ses fruits. Je suis également très honoré de faire partie de cette aventure en tant qu’administrateur délégué de ce bureau et je prévois tirer profit de l’expertise du BCI de Séoul pour accroître les relations commerciales bilatérales avec l’équipe de l’Ontario, Canada.

La Corée du Sud est géographiquement située entre deux géants du commerce – la Chine et le Japon. La Chine est le plus important partenaire commercial de la Corée depuis l’accord bilatéral de libre-échange entre la Chine et la Corée du Sud en 2015, et la Corée du Sud était le troisième partenaire commercial de la Chine en 2020. D’autre part, les États-Unis sont le deuxième plus important partenaire commercial de la Corée du Sud et, en même temps, un partenaire et allié e confiance en matière de sécurité.

Le récent conflit économique entre les États-Unis et la Chine, qui a commencé en 2018, a fait pression sur les États-Unis qui envisagent de diversifier ses chaînes d’approvisionnement et s’éloigner de la Chine. La Chine est l’une des principales sources mondiales en minéraux essentiels, lesquels constituent des éléments indispensables pour l’économie verte et numérique. Ils sont utilisés dans une vaste gamme de produits essentiels, des téléphones cellulaires aux applications médicales et de soins de santé, en passant par les batteries de véhicules électriques et les panneaux solaires. Pour réduire les vulnérabilités et accroître la résilience de la chaîne d’approvisionnement, les États-Unis et d’autres territoires de compétence tels que l’Europe, le Japon et la Corée du Sud recherchent des partenaires stables et considèrent le Canada comme l’un de ces pays.

En tant que fournisseur de confiance de produits miniers provenant de sources responsables, l’Ontario au Canada est déjà un chef de file mondial en matière de production de nombreux minéraux essentiels, dont le cuivre, le nickel et le cobalt, et il organise des projets miniers avancés pour des métaux des terres rares, comme le lithium et le graphite. La province prévoit tirer profit de son expertise, de ses technologies et de ses capacités minières de longue date, de même que de ses nombreuses ressources énergétiques propres grâce à sa Stratégie relative aux minéraux critiques. Cette stratégie vise à aider à faire progresser le développement des ressources minérales essentielles et des chaînes de valeur pour alimenter l’économie verte et numérique.

Depuis la perturbation de la chaîne d’approvisionnement causée par la pandémie et la guerre économique entre les États-Unis et la Chine, la Corée du Sud a établi une relation de coopération avec le Canada pour la production de matières premières essentielles. Cette année, la Korean Rehabilitation and Mineral Resources Corporation (KOMIR), gérée par l’État, a signé un protocole d’entente avec les organismes et les entreprises du gouvernement canadien, y compris le Conseil de recherche de la Saskatchewan et Ressources naturelles Canada.

Un nombre croissant d’entreprises coréennes ont également choisi l’Ontario au Canada comme emplacement pour leurs expansions sur le marché nord-américain. Plus tôt cette année, le fabricant de batteries coréen LG Energy solution (LGES) a annoncé qu’il prévoyait construire sa première usine de batteries de véhicules électriques nord-américains avec Stellantis à Windsor, en Ontario, un investissement de plus de 5 milliards de dollars, dont l’ouverture est prévue d’ici 2025. Plusieurs de leurs entreprises partenaires envisagent de se joindre à LGES su sein de l’écosystème des véhicules électriques de l’Ontario.

L’Inflation Reduction act et son incidence sur l’écosystème automobile de l’Ontario

Même si l’Inflation Reduction act (IRA), instaurée par le président des États-Unis le 16 août 2022, peut attirer l’attention sur les États-Unis, elle a le potentiel d’avoir des répercussions sur le Canada de plusieurs façons, notamment dans les secteurs de l’automobile et des batteries.

Cette loi incite les entreprises sud-coréennes liées aux véhicules électriques à envisager le Canada, et par extension l’Ontario, comme base de production sur le marché nord-américain.

L’Ontario pourrait bénéficier des exigences relatives au contenu des batteries de l’IRA, car la loi comprend des véhicules construits au Canada et des minéraux essentiels pour les batteries, qui sont admissibles à son crédit d’impôt complet sur les véhicules électriques. En 2023, pour avoir accès au crédit, le véhicule doit être construit en Amérique du Nord, sa batterie doit contenir au moins 40 % de minéraux provenant de l’Amérique du Nord ou des partenaires commerciaux américains, et 50 % des composants de la batterie doivent être fabriqués ou assemblés en Amérique du Nord. Ces pourcentages augmentent de 10 % chaque année jusqu’à ce qu’ils atteignent 100 % en 2029.

En réponse à l’IRA, le président de la Corée du Sud Yoon Suk-yeol a visité l’Ontario en septembre dernier, et les dirigeants des deux pays ont convenu d’améliorer leur relation bilatérale vers un partenariat stratégique global et d’approfondir leur coopération sur les minéraux essentiels utilisés pour fabriquer des batteries pour les véhicules électriques.

Même si l’admissibilité au crédit d’impôt est parfois complexe et ambiguë, je m’attends à ce que plus d’entreprises et de fabricants de véhicules électriques choisissent l’Ontario comme base de production du marché nord-américain grâce à l’incroyable écosystème automobile de la province, à sa richesse en ressources minérales, à ses ressources énergétiques abondantes et à ses solides compétences en matière de facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance.

À la veille du 60e anniversaire de la relation diplomatique entre le Canada et la Corée du Sud en 2023, notre bureau a hâte de générer plus d’occasions d’affaires entre les entreprises coréennes et ontariennes. Que vous soyez à la recherche d’une collaboration ou d’une expansion, veuillez communiquer avec Investissements Ontario ou le BIC de Séoul pour en savoir plus sur la façon dont nous pouvons aider votre entreprise à croître.